• 21 février 2016

    Aujourd'hui est un bien triste anniversaire.

    En effet, il y a cent ans jour pour jour, débutait la bataille la plus célèbre de la 1ère guerre mondiale, la bataille de Verdun qui fit plus de 700 000 victimes (morts, disparus et blessés), 362 000 soldats français et 337 000 allemands, soit une moyenne de 70 000 victimes pour chacun des dix mois de la bataille, c'est à dire plus de 2 300 victimes par jour!
    Ce fut une des plus longues et des plus dévastatrices batailles de la Première Guerre mondiale, bien que moins sanglante que celle de la Somme (1 060 000 victimes).

    Aujourd'hui, Verdun, la « mère des batailles » est devenue mythique et apparaît comme le lieu d’une des batailles les plus inhumaines  auxquelles l’humanité se soit livré.

     

     

     

    21 février 2016

    Quelle connerie la guerre.

    Jacques Prévert (1946)

    21 février 2016

     

             Barbara (1946)

     

     Rappelle-toi Barbara
    Il pleuvait sans cesse sur Brest ce jour-là
    Et tu marchais souriante
    Épanouie ravie ruisselante
    Sous la pluie
    Rappelle-toi Barbara
    Il pleuvait sans cesse sur Brest
    Et je t'ai croisée rue de Siam
    Tu souriais
    Et moi je souriais de même
    Rappelle-toi Barbara
    Toi que je ne connaissais pas
    Toi qui ne me connaissais pas
    Rappelle-toi
    Rappelle-toi quand même ce jour-là
    N'oublie pas
    Un homme sous un porche s'abritait
    Et il a crié ton nom
    Barbara
    Et tu as couru vers lui sous la pluie
    Ruisselante ravie épanouie
    Et tu t'es jetée dans ses bras
    Rappelle-toi cela Barbara
    Et ne m'en veux pas si je te tutoie
    Je dis tu à tous ceux que j'aime
    Même si je ne les ai vus qu'une seule fois
    Je dis tu à tous ceux qui s'aiment
    Même si je ne les connais pas
    Rappelle-toi Barbara
    Cette pluie sage et heureuse
    Sur ton visage heureux
    Sur cette ville heureuse
    Cette pluie sur la mer
    Sur l'arsenal
    Sur le bateau d'Ouessant
    Oh Barbara

    Quelle connerie la guerre
    Qu'est-tu devenue maintenant
    Sous cette pluie de fer
    De feu d'acier de sang
    Et celui qui te serrait dans ses bras
    Amoureusement
    Est-il mort disparu ou bien encore vivant
    Oh Barbara
    Il pleut sans cesse sur Brest
    Comme il pleuvait avant
    Mais ce n'est plus pareil et tout est abîmé
    C'est une pluie de deuil terrible et désolée
    Ce n'est même plus l'orage
    De fer d'acier de sang
    Tout simplement des nuages
    Qui crèvent comme des chiens
    Des chiens qui disparaissent
    Au fil de l'eau sur Brest
    Et vont pourrir au loin
    Au loin très loin de Brest
    Dont il ne reste rien.

                            

                     Jacques Prévert (1900-1977)

    « 20 février 201622 février 2016 »

  • Commentaires

    5
    Mercredi 24 Février 2016 à 00:14

    oui, on ne voit pas bien sur fond clair mais j'ai recopié des morceaux de discours. c'est ton article qui m'a inspiré cette créa alors cadeau!

      • Mercredi 24 Février 2016 à 16:51

        Merci, beaucoup Pink, je vais en faire un bon usage yes

    4
    Mardi 23 Février 2016 à 21:46

      • Mardi 23 Février 2016 à 21:49

        Magnifique ton image, Pink. yes
        Hommage à MLK?

    3
    Lundi 22 Février 2016 à 22:36

    J'en pleure

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :